Panier

Le CBD, l’endométriose & règles douloureuses

Posté par Hugo DC le
CBD, endométriose et règles douloureuses - Petit Coeur

Le 12 mars 2021, le gouvernement français a annoncé vouloir mettre en place une nouvelle stratégie nationale contre l’endométriose. A l’instar de sa prédécesseure Agnès Buzyn, Olivier Véran, ministre de la Santé, a expliqué avoir confié cette mission à l’eurodéputée et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou. Son objectif : réfléchir à comment l’on pourrait mieux déceler cette maladie, et y remédier. Et si le CBD s’avérait être une piste cohérente à explorer ?


L’endométriose, maladie féminine méconnue

Avant d’étudier en quoi le CBD pourrait s’avérer utile face à l’endométriose, il convient d’expliquer les origines, causes et conséquences de cette maladie, quasi exclusivement féminine.

L’endométriose est une maladie très complexe. En effet, elle peut être définie de la façon suivante : polymorphe - c’est-à-dire pouvant se présenter sous différentes formes -, inflammatoire et chronique - soit une inflammation qui dure dans le temps -, évolutive, et enfin handicapante pour les personnes touchées. Son origine est inconnue, et aucun traitement n’existe. Ces deux points rendent donc cette maladie largement méconnue, difficile à appréhender et la classent dans la catégorie des maladies incurables. L’on estime qu’elle touche une femme sur dix (parmi celles ayant leurs menstruations), ce qui représente plus de 180 millions de personnes dans le monde.


 Endométriose et CBD - Petit Coeur

De nos jours, l’endométriose est catégorisée selon trois types :

● l’endométriose ovarienne : cause la présence d’un kyste dans la zone des ovaires

● l’endométriose superficielle ou péritonéale : l’on décèle des implants d’endomètre ectopiques (c’est-à-dire un endomètre qui n’est pas à sa place normale) à la surface du péritoine, membrane située dans la cavité abdominale

● l’endométriose pelvienne profonde ou sous-péritonéale : des lésions apparaissent dans les zones de la cavité pelvienne


En somme, cette maladie survient lorsque des tissus endométriaux, qui recouvrent la paroi interne de l’utérus, sont présents en dehors de la cavité utérine et se retrouvent notamment dans la cavité abdominale. Cette anormalité génère d’une part la présence de lésions, et d’autre part la création de cellules semblables à celles existantes dans la muqueuse utérine. Le souci de ce dernier aspect réside dans le fait que ces cellules jumelles ont un comportement anormal par rapport à la zone où elles se trouvent. Concrètement, cela se traduit par des saignements de ces lésions durant la période des règles, menant à une inflammation de cette région, causant elle-même de violentes douleurs.

Ces douleurs, ressenties initialement dans la zone du bas ventre, peuvent s’étendre à tout le corps : de la colonne vertébrale aux yeux, en passant par le nez ou l’appareil respiratoire. En bref, elle peut causer de lourds dommages corporels et psychologiques, sans qu’aucun remède efficace puisse être apporté aux personnes souffrant de cette maladie.

Enfin, il convient d’expliquer pourquoi nous disions plus haut que c’est une maladie quasi exclusivement féminine. Elle est effectivement globalement associée à la gente féminine, à juste titre car les femmes représentent largement les personnes les plus touchées (plus de 99,9% des cas), mais elle peut dans de très rares cas toucher l’homme : ce dernier ne dispose certes pas d’endomètre, mais de rarissimes cas ont indiqué une “endométriose” chez l’homme, touchant le cerveau ou encore les poumons - signe que cette maladie reste encore méconnue et difficilement identifiable. Le fait que celle-ci touche trop rarement l’homme peut, selon certaines voix s'élevant pour combattre ce fléau, expliquer pourquoi elle est jusqu’alors si peu étudiée.


Ceci étant expliqué, voyons désormais pourquoi de plus en plus de personnes voient dans le cannabidiol (CBD) - ayant lui aussi longuement attendu son heure avant d’être étudié comme le démontre son histoire - une potentielle piste à explorer dans le but d’affronter ce mal.


 CBD contre les inflammations - Petit Coeur

Le CBD, solution envisageable contre les inflammations

D’ores et déjà évoqué dans plusieurs de nos articles - parmi lesquels celui parcourant les potentiels bienfaits liés au CBD, ou celui retraçant les différentes addictions pouvant être combattues à l’aide des produits issus du CBD - le cannabidiol pourrait être un réel atout dans la vie quotidienne. D'ailleurs, cela semble s’illustrer à nouveau dans ce combat mené contre l’endométriose. Cela pourrait de nouveau s’illustrer dans ce combat mené contre l’endométriose.

L’organisme compte la présence de nombreux récepteurs cannabinoïdes, CB-1 et CB-2. L’appareil génital féminin n’est pas exempt de ce fait. La présence de ces récepteurs dans cette zone du corps pourrait, en théorie, signifier que le cannabidiol serait efficace pour soulager les douleurs pelviennes liées à l’endométriose. A ce sujet une équipe composée de K. Eguzo & M. Litt, membres des sections gynécologie et médecine de l’Université de Saskatchewan au Canada, ainsi que des Drs Thiel et Ngan, en poste à l’hôpital de Regina (situé dans la même région au Canada), a mené une étude. Celle-ci a consisté à suivre 135 patientes - représentant une moyenne d’âge de 35 ans - atteintes de douleurs pelviennes chroniques, et de constater les effets d’une prise quotidienne de trois grammes de cannabidiol via différents modes : l’huile de CBD par voie sublinguale, ou prise de gélules.

Les résultats ont indiqué que 79 des 135 femmes ont ressenti une profonde atténuation des douleurs ressenties, et que seulement 3 ont déclaré n’éprouver aucun changement. En outre, il faut noter que 39 d’entre elles ont réduit leur prise d’opioïdes (substance de synthèse ou naturelle dont les effets sont similaires à ceux de l’opium, les médicaments connus sont par exemple la morphine, la codéine, le fentanyl, le tramadol), à l’image des sportives et sportifs ayant de plus en plus recours au cannabidiol. Il est tout aussi important d’indiquer qu’aucune des 135 patientes n’a ressenti une augmentation de la douleur. L’on peut ainsi estimer que ces conclusions sont encourageantes, et que cette recherche s’avère instructive.


Cette étude fait office de pionnière. Elle est en effet la première à explorer l’impact positif que pourrait avoir le cannabidiol face aux douleurs chroniques pelviennes, notamment liées à l’endométriose. Il est encore certes trop tôt pour crier victoire, mais cette première pierre apportée à l’édifice est une étape réussie, et vient ouvrir une bonne voie aux prochaines études lui emboitant le pas.


Le CBD pour atténuer les règles douloureuses, et la polyarthrite

Outre l’endométriose, plusieurs autres douleurs touchent uniquement ou en majorité les femmes. Intéressons nous d’abord aux règles douloureuses puis à la polyarthrite en comprenant leurs causes ainsi que les conséquences, avant d'expliquer pourquoi le cannabidiol peut être vu comme un remède efficace.


● Les règles douloureuses

Durant les menstruations, les prostaglandines - substances chimiques - s’associent aux hormones pour déclencher les fameuses contractions utérines. Les prostaglandines étant des métabolites (un métabolite est un composé organique issu du métabolisme) de l’acide arachidonique (acide gras présent dans de nombreuses zones du corps, parmi lesquelles le cerveau, les muscles ou encore le foie), elles ont une influence sur le développement des inflammations et de surcroît à la douleur liée. Ce phénomène est responsable des sensations de crampes éprouvantes que peuvent ressentir les femmes lors de leurs menstruations. L’on estime à, en moyenne, 65% le taux des femmes touchées par ces douleurs, ce qui est colossal.

Dans l’ensemble, les femmes disposent malheureusement de peu de moyens pour faire face à ce problème et sont, pour l’exemple français, contraintes à devoir se résoudre à prendre du paracétamol ou autres médicaments pharmaceutiques n’offrant ni résultat positif assuré ni efficacité structurelle. Pire, la prise de ces médicaments à long terme peut avoir, dans certains cas, des effets secondaires néfastes.

Le CBD apparaît alors comme une source de promesses pour solutionner de manière efficace, naturelle et durable ce problème. En effet, ni psychoactif ni psychotrope et totalement légal, le CBD est une molécule naturellement présente dans la plante de chanvre. Le cannabidiol a la faculté d’avoir une influence positive avérée sur les récepteurs du système endocannabinoïde, via les déjà cités récepteurs CB-1 et CB-2. Doté de propriétés anti-inflammatoires, grâce notamment aux nombreux terpènes qui le composent, le CBD serait un moyen d’atténuer les irritations, inflammations, et est de plus en plus utilisé pour combattre plusieurs maladies chroniques comme la fibromyalgie ou l’épilepsie.


● La polyarthrite

La polyarthrite rhumatoïde est définie comme un rhumatisme (désigne une atteinte articulaire) inflammatoire chronique. Elle se manifeste par des articulations gonflées et douloureuses, notamment des mains, avec des phases plus ou moins violentes. L’on estime que cette pathologie touche trois fois plus les femmes que les hommes, et atteint son pic de développement autour de 45 ans. En outre, il convient d’indiquer que cette maladie serait davantage présente chez les personnes consommant du tabac (à noter que le CBD peut aider également à lutter contre les addictions), et que la génétique aurait aussi un rôle prépondérant à jouer dans son apparition.

Là encore, il existe peu de solutions efficaces pour les personnes atteintes de cette inflammation chronique. Le paracétamol, les corticoïdes, ou un immunosuppresseur comme le méthotrexate sont le plus fréquemment prescrits par les médecins qui doivent ensuite suivre assidûment les évolutions que peuvent subir leurs patientes. Autrement dit, la médecine actuelle n’offre aucune garantie de guérison, seulement des solutions temporaires et limitées, pouvant comporter des risques.

C’est pourquoi, selon les mêmes explications évoquées au point ci-dessus, le cannabidiol serait davantage étudié comme potentielle solution naturelle, inoffensive, et présentant de nombreux bienfaits tout en étant aussi efficace que les traitements traditionnels.


 Huile CBD pour soulager les menstruations - Petit Coeur

En définitive, le CBD est d’ores et déjà étudié pour mieux cerner sa potentielle efficacité face à de nombreuses maladies, notamment chroniques. Celles touchant uniquement, ou essentiellement, les femmes font - et bien heureusement ! - parties de ces recherches. Les premiers résultats observés sont encourageants et, couplés aux observations des expériences effectuées sur d’autres maux similaires, l’on peut commencer à imaginer le cannabidiol comme produit apte à remplacer les solutions pharmaceutiques traditionnelles. Le présent offre ses espoirs, espérons que l’avenir les concrétise.


Gardez bien à l’esprit que le CBD n’est pas un médicament en tant que tel. Des médicaments à base de CBD existent, et sont prescrits par des médecins et pris dans le cadre d’un suivi médical rigoureux.

Grand Amour,
Petit Coeur


Article détaillant l’étude évoquée et menée par l’équipe canadienne : https://www.jmig.org/article/S1553-4650(19)31162-8/abstract#%20

Articles plus anciens Articles récents